SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Assemblée nationale: la loi sur la protection du pouvoir d'achat du capital est adoptée

Malgré des divergences de façade, les groupes macronistes, LR et RN ont sans surprise convergé sur la défense des intérêts du capital. Ils confortent les orientations présidentielles visant à pérenniser un modèle de société où la charité et la rémunération du capital se substituent à la solidarité, l’intérêt général et à la rémunération du travail.  Et bien le bonjour aux électeurs qui ont voté extrême droite dont les candidats s'affichaient mordicus pour la défense du pouvoir d'achat!

 

Parmi les mesures adoptées aucune ne vise à valoriser le travail et à reconnaître les qualifications et les compétences des travailleuses et des travailleurs. Pire, elles vont même à l’encontre des augmentations de salaire.

En effet, une direction qui voudra accorder à ses salarié.e.s plus de « pouvoir d’achat » optera pour le versement d’une prime ponctuelle, exonérée de cotisations sociales, plutôt que d’opter pour une augmentation générale des salaires.

Par conséquent c’est le financement de la protection sociale et du système de solidarité qui en patira. Dans le même état d’esprit, le législateur renforce la possibilité pour les salarié.e.s de recourir à la monétisation de leurs RTT.

Cette disposition pose plusieurs questions : la remise en cause de la durée légale du temps de travail et donc des 35H dans un contexte où de nombreuses luttes dans les entreprises sont menées pour travailler moins (32h) mais tou.te.s et mieux, la question de l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle et enfin le nombre de salarié.e.s qui pourront y prétendre (disposer de RTT, accord de l’employeur…). 

La Commission Mixte Paritaire n’a pas fait le choix de procéder à une réelle revalorisation du SMIC (au-dessus du dispositif légal) impliquant notamment la hausse de tous les minimas de branche dont 90% sont passés en dessous du SMIC le 1er août dernier.

Pour la CGT aucun minima de branche ne peut être inférieur au SMIC. Ce n’est sûrement pas la « prime exceptionnelle de rentrée » qui permettra de compenser une nécessaire hausse des salaires. 
Les agents de la fonction publique ne sont pas mieux lotis car l’augmentation de 3,5% de la valeur du point d’indice ne couvre ni les conséquences de 10 années de gel de ce dernier ni la hausse de l’inflation.

Cette loi a été adoptée dans un contexte où différents indicateurs ne laissent pas entrevoir une amélioration rapide de la situation. Les évènements en lien avec le réchauffement climatique et notamment les sécheresses de cet été, les incidences de la guerre en Ukraine et le comportement de certains spéculateurs auront sans nul doute un impact direct sur le coût de la vie qui ne pourra être compensé par les mesures de la loi pouvoir d’achat.

Pour la CGT, il est urgent de prendre des décisions significatives pour une augmentation générale des salaires, des minima sociaux, du Smic et des pensions pour permettre à toutes et tous de vivre dignement. 

  • Un Smic horaire brut à 15 € pour une durée de travail hebdomadaire de 32 heures, avec une augmentation automatique de toutes les grilles de salaires,
  • L’augmentation du point d’indice dans la fonction publique pour rattraper toutes les années de gel,
  • La revalorisation des pensions et des minimas sociaux, 
  • L’égalité professionnelle et salariale entre les femmes et les hommes pour éradiquer durablement cette discrimination. 
  • Conditionner et contrôler l’utilisation des aides publiques perçues par les entreprises publiques et privées.

Une fois de plus, le choix a été fait de favoriser le capital au détriment du monde du travail.


La CGT reste mobilisée tout l’été aux côtés des travailleuses et des travailleurs et leur donne rendez-vous dans les grèves et les manifestations, à l’occasion de la journée nationale unitaire  d’actions du 29 septembre prochain, pour obtenir la mise en œuvre de réelles mesures pour le progrès social, environnemental et économique.

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
SAISONNIERS

Publié par CGT COMPIEGNE FACEBOOK

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Communiqué de presse de la CGT en réponse à l’appel du ministre de l’intérieur sur les feu de forêts

Publié par CGT COMPIEGNE FACEBOOK

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

Énergie La société accuse l’État  [avec raison en application des directives européennes au nom de la concurrence et pour favoriser le secteur privé et la privatistion ] d’assécher ses finances en la forçant à augmenter le volume d’électricité vendue à prix cassé au privé. La CGT dénonce une défense « tardive » des intérêts de l’entreprise.

Publié le
Jeudi 11 Août 2022
 
Laurent GRANDGUILLOT/REA
 

La direction d’EDF monte au créneau contre son actionnaire principal : l’État. Mardi, l’énergéticien a annoncé déposer un recours devant le Conseil d’État. Le PDG, Jean-Bernard Lévy, sur le départ, réclame une indemnité de 8,34 milliards d’euros, le manque à gagner estimé d’EDF en raison de la mise en place du « bouclier tarifaire ». La direction de la société réclame également l’annulation du rehaussement des volumes d’électricité vendus à bas prix à des fournisseurs alternatifs dans le cadre de l’Arenh (accès régulé à l’électricité nucléaire historique).

En janvier, le gouvernement avait en effet demandé à l’entreprise de mettre à disposition de ses concurrents 20 % de sa production d’électricité, à hauteur de 120 térawattheures par an contre 100 auparavant.

...

 

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Lutte contre la vie chère

jeudi 11 août 2022

A Mayotte, le SMIC est inférieur à celui de la France et de La Réunion. La CGT-Mayotte demande un alignement « en urgence », « alors que le coût de la vie ainsi que les cotisations sociales ne cessent d’augmenter selon le calendrier de rattrapage des cotisations nationales ».

Le décret du 29 juillet fixant le montant du SMIC fait réagir la CGT-Mayotte « Nous constatons une fois de plus que les salariés de Mayotte sont discriminés sur le taux de SMIC appliqué qui est de beaucoup inférieur au taux du SMIC horaire dans l’Hexagone et dans les autres départements d’outre-mer. »


« L’ordonnance du 25 octobre 2017 donne la possibilité au département de Mayotte comme aux autres départements d’outre-mer, Saint-Barthélemy et Saint-Martin d’appliquer un taux de SMIC supérieur au taux national. De ce fait, la CGT-Ma demande que le préfet de Mayotte, Délégué du Gouvernement organise une commission consultative du travail (CCT) en urgence afin, dans le cadre de l’article L.3423-3 du code du travail, de proposer un taux du SMIC pour Mayotte qui tiendrait compte à la fois de l’inflation locale et aussi du rattrapage que nous avons à faire pour aligner le taux du SMIC de Mayotte au taux national, soit 11, 07 euros.
La CGT-Mayotte demande que le taux du SMIC appliqué à Mayotte soit aligné en urgence au taux du SMIC appliqué dans l’Hexagone.
La CGT-Mayotte dénonce que le gouvernement depuis 2018 discrimine les salariés smicard de Mayotte alors que le coût de la vie ainsi que les cotisations sociales ne cessent d’augmenter selon le calendrier de rattrapage des cotisations nationales »

La CGT-Mayotte demande l’égalité immédiate du SMIC avec la France

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
L'urgentiste CGT Christophe PRUDHOMME se
révolte contre François Braun et l'épingle sur son
"mensonge" en direct sur BFMTV !

 

 

ADRESSE de la VIDEO :

https://www.youtube.com/watch?v=IVnlI-58Si8

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

 

 

Les factures d’électricité impayées au Royaume-Uni ont triplé sur un an pour atteindre 1,3 milliard de livres, un record, signe de l’impact de la flambée du coût de la vie sur les Britanniques, d’après le site comparateur Uswitch.


Le régulateur des tarifs énergétiques britannique Ofgem doit annoncer le 26 août un relèvement du plafond des prix de l’énergie. Il devrait passer de 1.971 livres par an à 3.358 livres par an pour un foyer moyen en Grande-Bretagne, estime Uswitch, en raison de la flambée des cours de l’énergie.


Une campagne anonyme appelée « Don’t pay » (ne payez pas) a été lancée avec près de 100.000 participants, demandant une réduction des factures énergétiques à un « niveau abordable » sous peine de faire la « grève » des paiements de factures électriques à partir du 1er octobre. (Afp du 10 août 2022)

 

 

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

Publié par CGT COMPIEGNE FACEBOOK

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
UNE LOI « POUVOIR D’ACHAT » POUR  CONTOURNER LES SALAIRES, APPAUVRIR LA SÉCURITÉ SOCIALE ET PRÉPARER L’OFFENSIVE CONTRE LES RETRAITES

Publié par info'Com-CGT

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
LA LOI POUVOIR D'ACHAT À PEINE VOTÉE, TOTALENERGIES PUBLIE DES RÉSULTATS MONSTRUEUX, QUI PROUVENT LE CYNISME DES DÉPUTÉS-MINISTRES-MACRON ET LEUR MÉPRIS DU PEUPLE ...

Publié par info'Com-CGT

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

Quand tout part en vrac - traduisez quand tout est fait pour détruire les droits des citoyens - il est précieux de se replonger dans ce que fut l’incroyable programme du Conseil national de la Résistance. Oh, bien sûr, les attaques viennent de loin et on sait de qui : le grand patronat qui n’a jamais baissé la garde pour « reconquérir » ses privilèges que ce programme avait mis à mal. D’autant qu’il fut pensé, rédigé, par un large arc politique et pendant les temps les plus noirs : ceux de l’Occupation allemande pendant la 2e guerre mondiale. Respect aux Résistants qui ont cru en l’avenir et ont agi pour qu’il advienne. 
Aujourd’hui même, alors que le Parlement a adopté un pseudo « plan d’urgence pour le pouvoir d’achat », copié-collé du texte du gouvernement de Macron, un plan qui sert avant tout à ménager les actionnaires des grandes entreprises et les banques, un plan qui défait en douce les 35 heures, qui jette des miettes aux salariés, aux retraités et à ceux qui sont contraints de survivre avec les minima sociaux, un plan qui nous fait entrer clairement dans l’ère de la charité à coup « d’aides » alors même que le travail n’est plus rémunéré suffisamment pour en vivre, alors même que l’inflation galopante au nom de la « crise du Covid », de la guerre en Ukraine et des sanctions contre la Russie, alors que nous entrons à nouveau dans des heures sombres ouvertement belliqueuses… Alors, alors… le Programme du Conseil national de la Résistance nous rappelle que tout est possible ! Que tout peut être différent de ce que nous vivons aujourd’hui, que tout peut basculer si nous prenons nos responsabilités, si nous nous engageons collectivement pour tout remettre en cause et « construire des Jours heureux » comme le souhaitaient les signataires de ce programme. Un programme dont une très grande part a été mis en oeuvre à la Libération. Voyez donc : la Sécurité sociale, l’indépendance de la presse notamment. Bien sûr la question écologique n’y figurait pas mais il suffirait de l’intégrer. A vous d’agir !

Alors… Alors, jeunes générations découvrez et lisez. Alors… Alors, vous qui connaissez son existence, lisez, relisez et faites passer ! Inspirons-nous et puisons des forces pendant l’été pour mettre la main à la pâte à la rentrée !

Le Parti de la démondialisation fait figurer dans le préambule de son  programme le programme du Conseil national de la Résistance comme un repère fondamental.

PROGRAMME DU CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE

Née de la volonté ardente des Français de refuser la défaite, la Résistance n’a pas d’autre raison d’être que la lutte quotidienne sans cesse intensifiée.

Cette mission de combat ne doit pas prendre fin à la Libération. Ce n’est, en effet, qu’en regroupant toutes ses forces autour des aspirations quasi unanimes de la Nation, que la France retrouvera son équilibre moral et social et redonnera au monde l’image de sa grandeur et la preuve de son unité.

Aussi les représentants des organisations de la Résistance, des centrales syndicales et des partis ou tendances politiques groupés au sein du C.N.R., délibérant en assemblée plénière le 15 mars 1944, ont-ils décidé de s’unir sur le programme suivant, qui comporte à la fois un plan d’action immédiate contre l’oppresseur et les mesures destinées à instaurer, dès la Libération du territoire, un ordre social plus juste.

POURSUIVRE LA LECTURE:

Publié par EL DIABLO

Voir les commentaires

Visiteurs

481311

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog